Histoire de La commune

Après une implantation sporadique des Romains, LAURENS se developpa aux premiers temps de l'époque féodale au pied de son château protecteur.

Le château (actuelle Mairie) fut érigé par les seigneurs de FOUZILHON au XII° siècle dont le plus célèbre fut ERMENGAUD, qui donna des terres pour la création de la grange monastique de SAUVANES à 3 km au nord-est, dépendance fermière de l'Abbaye de SYLVANES (Aveyron).

LAURENS, aujourd'hui commune de l'arrondissement de BEZIERS formait sous l'ancien régime, avec FOUZILHON, une baronnie relevant primitivement de la Vicomté de BEZIERS, et depuis le traité de MEAUX (1229), du roi de FRANCE. A lui seul les barons de LAURENS durent foi et hommages et eux-mêmes, avec leurs droits de Haute Justice d'Entrée et de vote aux Etats représentèrent jusqu'en 1789 la féodalité dans toute sa puissance. A côté de ce pouvoir, s'établit dès 1270, pour le tempérer et un jour l'absorber, la Commune inspirée de la Curie Gallo-Romaine et dont les attributions répondaient à l'idée d'un gouvernement complet.
Une tradition, consignée dans les plus anciens documents de famille à laquelle de nombreux écrits se rapportent, dit que, à l'origine, les Barons de LAURENS et FOUZILHON furent les compagnons des chefs Visigoths, prédécesseurs de VALLIA, le fondateur de leur royaume dans le pays. Ces barbares revenus d'Espagne vers 419, reçurent du patrice CONSTANCE la seconde AQUITAINE "pour leur habitation", disent les Fastes de Prosper. Ils y joignirent bientôt toute la septimanie, après avoir deux fois assiégé et réduit NARBONNE. Les deux tiers des terres furent enlevées aux Romains et partagées entre ces balayeurs d'Empires que la Rome Impériale, dans les édits de ses pro-consuls appelait encore ses "Hôtes". Les terres partagées, les titres de propriété se traçèrent à la pointe de l'épée.
A l'époque féodale, les vicomtes de BEZIERS comptèrent les barons de FOUZILHON parmi leurs vasseaux jusqu'au jour où le traité de MEAUX donna à ces derniers pour seul suzerain le roi de FRANCE.
Le temps du développement économique.

Sous l’Ancien Régime, la culture des céréales et de l’olivier représentent les principales ressources de la commune, des moulins à blé et des moulins à huile bordent les cours d’eau. Dès le XVIIIe siècle, la vigne gagne de plus en plus de terres et des alambics fonctionnent dans certains « celliers » du village. Au siècle suivant, une distillerie industrielle, puis une deuxième s’installent au bord du Libron.

A partir du Second Empire, Laurens produit essentiellement du vin. L’installation de la ligne de chemin de fer Béziers-Graissessac (1857) et la construction de la gare facilitent l’exportation des produits.

De grosses maisons de négociants s’installent le long de la nouvelle avenue de la Gare.


La production totale annuelle de vin de la commune s’élève à 18 000 hl pour une superficie de 300 hectares. Quatre grands propriétaires produisent plus de 3000 hl : Lignon (château de Laurens), Sabatier-Desarnauds, Taillefer et Mirepoix à Grézan (7000 hl), seul grand domaine viticole de plus de 100 ha de la commune.

La cave coopérative de Laurens est construite en 1938-1939 dans le quartier sud. Une fabrique de crème de tartre et deux tuileries ont également fonctionné à Laurens. La tuilerie Portal, mentionnée au XVIIe siècle dans le compoix et située aux « Barraques », le long de la route de Béziers à Bédarieux, était toujours en activité à la fin du XIXe siècle.

La carrière de marbre : le NOIR SAINT-LAURENT.

Ce marbre est exploité sur le causse de Laurens.

La pierre était utilisée pour la chaux, le gisement est identifié en 1885 par Pierre ANGLADE, le premier des six générations qui se sont succédées à la direction de l’exploitation avant son rachat par la société Guinet-Derriaz. Les couches de marbre sont disposées en bancs, d’épaisseur variable (de 0,40 m à 2 m), inclinés à 45°. Le marbre, de couleur noir profond avec des veines argent et or, est utilisé dans le bâtiment, sur des façades d’immeubles, en décoration intérieure, en dallages intérieurs ou extérieurs. Il est également utilisé pour la voirie et se prête bien à la sculpture. Son aire de diffusion est vaste : France, Europe, Amérique du Nord et Asie, Dubaï...

Actuellement :
219389 Visites - 3 Connecté(s)
2012 - 2015 Mairie de Laurens